Fabriquer une estampe japonaise au XXIe siècle avec la technique mokuhanga.

BENO, artisan-créateur

 

Beno

 

MOKUHANGA

MOKUHANGA

Dans la tradition de l’ukiyo-e, l’estampe au Japon suit un processus de fabrication collectif nommé mokuhanga. Savoir-faire ancien de plusieurs centaines d'années, il mobilise les compétences d'artistes, de graveurs et d'imprimeurs sous la direction d’éditeurs. Kanaé Yamamoto (1882-1946) ouvre une nouvelle voie en bouleversant cette conception traditionnelle en 1904 ; il crée et réalise à la fois le dessin, la gravure et l'impression. C’est le sōsaku hanga, qui signifie littéralement « estampe créative ».

 

RELATION

 

RELATION

Cet art de l’édition emploie des matériaux bruts tels que l'eau, le bois, le papier et les pigments. Le mokuhanga est un formidable trait d’union entre artisans et artistes talentueux. J’affectionne ses formes, ses techniques et ses matériaux qui correspondent à mon idéal d’une pratique lente et précieuse. Les temps de conception du motif, de mise en œuvre de la gravure sur bois et de l’impression sur papier renforcent la durée de la création. Ils marquent un rythme ponctué par un processus ritualisé combinant précision, rigueur, beauté de la main et de l'esprit.

 

PROCESSUS

PROCESSUS

Je réalise l’ensemble des étapes du processus de mise en œuvre et m’inscris dans les principes du mouvement sōsaku hanga. Depuis 2013, je développe un procédé alliant méthodes anciennes et nouvelles technologies. Je puise mon inspiration dans un univers graphique que j’alimente constamment. L’imagerie de la mémoire collective populaire et universelle sert de fil rouge à l'iconographie de mes productions artistiques. J’explore les possibilités offertes par l’introduction de la photographie, le traitement numérique des images et la gravure des bois au laser.

 

INTENTIONS

INTENTIONS

Les projets conciliants expérimentations et innovations renforcent mon désir d’explorer de nouvelles voies. Je développe un style propre en combinant procédés séculaires et contemporains, mêlant cultures occidentales et orientales, arts graphiques anciens et actuels. Je revendique aussi une approche qui s'inscrit dans le présent, dans un monde flottant, en mouvement. L'ère japonaise Reiwa a commencé en mai 2019, mes créations opèrent une fusion dans une forme culturelle éclectique en tant que Reiwa Hanga

 

RÉALISATIONS

RÉALISATIONS

Commandes thématiques

2020 : Kitsune, Musée Pincé, Angers. (Collection publique)

2019 : Sacred-heights, collaboration avec le collectif Obvious, Paris.

2017 : Chushingura, Château des Ducs de Bretagne, Nantes.

2016 : Asano, Château de Malbrouck, Manderen.

2016 : Mère et enfant, Château des Ducs de Bretagne, Nantes. (Collection publique)

2014 : Samouraï, Château des Ducs de Bretagne, Nantes.

 

Productions personnelles 

2020 : Les 100 aspects d’Eugène, série sur l’exploration du monotype (projet en cours).

2020 : Memento primavera, exploration de l’aizuri-e.

2018 : Morgat, hommage à Henri Rivière et aux artistes shin hanga (Collection publique).

2015 : Elo, née de la rencontre avec la performeuse burlesque Elodie Cazanave.

2013 : Skull, 6 séries de variations colorimétriques.

2013 : Rocking toucan , hommage à Ray et Charles Eames, premiers bois gravés au laser.

 

Expositions

2020 : Kitsune, Musée Pincé, Angers (Collection permanente).

2019 : Sacred-Heights, « 5th Art and Science International Exhibition» National museum of China, Beijing / Chine.

2019 : Kitsune, « 4 thAwagami international miniature print exhibition » Tokushima / Japon.

2019 : Samouraï, « Images et illustrations au Japon d’Edo » Musée L, Louvain / Belgique.

2019 : Eugène, Morgat,  « Le circuit des têtes de l’art » Couvent des Jacobins, Rennes.

2017 : Chūshingura, « 47 Ronin, histoire d'un mythe japonais en estampes» Château des Ducs de Bretagne, Nantes.

2016 : Mère et enfant, « Îcones, trésors de réfugiés » Château des Ducs de Bretagne, Nantes.

2016 : Mère et enfant, « Icônes, eikones, images »  passage Sainte-Croix, Nantes.

2014 : Samouraï, « Samouraï : 1000 ans d’histoire du Japon » au Château des Ducs de  Bretagne, Nantes.

 

Couvertures médiatiques 

2019: Who wants to come to Japan ! TV Tokyo, emission du 29 avril, 30 minutes / Japon.

2017: Who wants to come to Japan ! TV Tokyo, emission du 25 mai, 60 minutes / Japon.

2017: Who wants to come to Japan ! TV Tokyo, emission du 18 mai, 60 minutes / Japon.

 

2018 : Philippe Le Stum, docteur en histoire de l’art et conservateur en chef du patrimoine « La gravure sur bois en Bretagne de 1850 – 2000 », page 286-287, éditions Coop Breizh.    

      

2018 : La gravure en Bretagne, revue Bretons n°148 décembre, page 20.

2016 : Raphaël Morata, Samouraï délicat, revue Point de vue n° 3550, page 47.

 

Activités didactiques 

Collaboration avec Stéphane Soulié. Nous produisons et réalisons des films révélant les outils, matériaux, gestes et procédés de mise en œuvre du mokuhanga.

Kitsune, 2020, https://vimeo.com/383786386 (durée 7’30’’)

Sacred-Heights, 2019, https://vimeo.com/361903213 (durée 9’24’)

Chūshingura, 2017, https://vimeo.com/238816284 (durée 6’55’’)

Mère et enfant, 2016, https://vimeo.com/171447055 (durée 6’12’’)

Élo, 2015, https://vimeo.com/141563630 (durée 4’12’’)

Samouraï, 2014, https://vimeo.com/97677419 (durée 5’13’’)